Operation Fortitude, a closed-loop deception operation (2)


, , , , , ,

Part 2 – Feedback phase

   The phase of misinformation of the ‘closed loop’ deception was followed by a feedback phase, enabling the XX Committee to ascertain the extent of the German credulity.

 The role of Ultra


GC&CS headquarters at Bletchley Park (Buckinghamshire)

 British were able to read encrypted German message traffic, often as fast as the intended recipients. Government Code and Cypher School (GC&CS) had a good command of codebreaking computers, allowing the deciphering of German signals including the Enigma machine, considered as unbreakable by Germany but broken by Polish experts who transmitted their methods to Britain. The Fortitude deception plan has been used in parallel with the use of Ultra, the codename given to the ability to intercept and decipher German signals encrypted with the Enigma machine.  Those communications mainly involved the German Navy, Army and Air Forces, but also the Abwehr, supplying the British intelligence services with both information concerning the troops movements and the management of intelligence. As a consequence, Ultra provided the Allies with valuable information concerning the enemy’s moves and the degree of credence he was according to the false information provided by the XX Committee agents and by physical deception. Indeed General Omar Bradley, who was in command of all U.S. ground forces invading Germany from the West, says in its autobiography “Ultra was central to Fortitude’s conception and execution and provided a continuous monitor on German reactions to it”. Thanks to Ultra, Britain was in a position to monitor the Germans’ reaction to the misinformation reported by double agents. The feedback was crucial for achieving deception objectives, allowing the XX Committee to emphasize points the Germans missed and to modify the points they distrusted, making the deception more effective.  For instance, the Ultra interception of a signal from the German Navy planning a military exercise in the area of Calais between 21 and 27 May confirmed that Germany granted a high degree of confidence to the deception plan. An even more valuable feedback was provided on June 1st, five days before D-Day, when a German message referred to ‘an unquestionable’ centre of gravity of Allied forces in south-east England.

Wilhelm Canaris, head of the Abwehr from 1935 to 1944

Wilhelm Canaris, head of the Abwehr from 1935 to 1944

This message revealed the confidence the Germans had in fictitious Allied positions, preparing a landing in Pas-de-Calais. Moreover, the Committee was able to match the controlled linkage to what the Abwehr expected to hear, to play on Germans’ existing fear. Indeed, some German communications mentioned the Führer Directive n°51 of November 1943, raising the issue of probable “diversionary attacks” forerunning a major invasion. The feedback was also essential to the deception plans in the extent that it allowed to keep the XX Committee double agents believable. If the Abwehr was showing any sign of mistrust in the agents’ reports, these latters were then able to disavow it or to provide more evidences. A striking example is the one of the notional First United States Army Group (FUSAG), supposedly stationed near Dover. In April and May 1944, two intercepted signals emitted doubts concerning the identification of the army.  In response, the XX Committee fictitiously posted the agent Brutus to the FUSAG staff with the order to provide totally made up information about it, giving more credibility to the imaginary army and to the threat it represented.

 The role of the German Intelligence Services

   Nevertheless, the German use of radio was limited and generally restricted to emergency transmissions. Indeed, large land-line communications existed in France and Germany. The pieces of information the British intelligence services were likely to exploit in deception plans were thus restrained. Ultra reveal itself to be invaluable particularly after Operation Neptune, the amphibious landing on Normandy coast, was triggered, because of the increase of emergency communications. Before the D-Day, Ultra used to intercept six or seven signals a day. After the invasion of Normandy, the number of signal dramatically increased until twenty or thirty per day, and sometimes more. This important rise allowed the British intelligence services to know if Germany definitely trusted the story they had been implemented for months, and to what extend the deception plan was influencing its appreciation of the situation. One can say that the success of Operation Fortitude was partly due to the mastery of the feedback loop, but also largely to the poor quality of German intelligence. Indeed, the XX Committee did not obtained day-to-day information about the Germans credulity, and was not necessarily able to definitely ascertain the extent of it. Yet, for the reason that the Abwehr was incapable and that the German command system was biased, this credulity was tremendous. Moreover, the Abwehr itself directly supplied elements of feedback intelligence to the double agents. The agents’ controllers provided them with questionnaires, in order to make them focus on their main points of interest. By the way, they revealed valuable information about the preparation of future German operations, as well as what the Abwehr knew and didn’t knew. The poor quality of the

The Enigma Machine

The Enigma Machine

German intelligence can be explained by several factors. The conjunction of early military successes and assumed racial superiority led the German high command to over-confidence and loss of touch with reality. As a result they were overconfident concerning the infallibility of the Enigma machine, believing the codes were unbreakable. Yet, Polish mathematicians had broken the coding scheme as soon as 1932, and then passed their knowledge to the British in 1939, after the outbreak of war. The confidence in the unbreakability of Enigma codes and in the security of their communication made the Germans using it throughout the whole war, putting themselves in a hazardous position by risking to be spied. Furthermore, the authoritarian structure of the Nazi state and the cult of personality contributed to the blindness and credulity of German intelligence services. Indeed, by making Hitler’s judgment infallible, it encouraged the pursuit of inaccurate visions of the strategic situation, intensifying the potential of being deceived.

   As a conclusion, Operation Fortitude was interpreted as a ‘closed loop’ deception operation for straightforward factors. Indeed, it aimed at mislead Germany concerning the time and place of the amphibious landing in France in order to maximize its potential for success. This essay examined that the British intelligence services did not only disposed of the means to misinform German forces, but also to ensure the extent of the German credulity in the deception plan. Notwithstanding the poor quality of German intelligence services, together with its lack of precaution and its overconfidence, conducted it to act as to facilitate both the disinformation and the feedback phases.



  • Bennett R., Behind the Battle: Intelligence in the war with Germany 1939-1945 (Faber and Faber Ltd, London: 2009)
  • Bennett R., Fortitude, Ultra and the “Need to know” in Intelligence Investigations: how Ultra changed history: collected papers (Taylor Francis Ltd, London: 1996)
  • Bradley O. N., Clay Blair, A General’s Life: an autobiography (Sidgwick & Jackson, London: 1983)
  • Churchill W. S., The Second World War, Volume V, Closing the Ring (Cassel, London: 1952)
  • Cruickshank C., Deception in World War II (Oxford University Press, Oxford: 1979)
  • Handel M. I. Intelligence and deception, in Military Deception and Strategic Surprise, edited by John Gooch and Amos Perlmutter (Routledge, London: 1982)
  • Harris T., Garbo: The Spy Who Saved D-Day (Public Record Office, Richmond: 2000)
  • Hesketh R. Fortitude, the D-Day Deception Plan (The Overlook Press, New York: 2000)
  • Hinsley F. H., British Intelligence in the Second World War, Abridged Edition (HMSO, London: 1994)
  • Howard M., British Intelligence in the Second World War, Volume V: Strategic Deception (HMSO, London: 1990)
  • MI5 History, World War II, Agent Garbo. [ONLINE] Available at: https://www.mi5.gov.uk/home/mi5-history/world-war-ii/agent-garbo.html. [Last Accessed November 13 2013]
  • MI5 History, World War II, MI5 in World War II. [ONLINE] Available at: https://www.mi5.gov.uk/home/mi5-history/world-war-ii.html. [Last Accessed November 13 2013]
  • Wieviorka O. Histoire du Débarquement en Normandie: des Origines à la Libération de Paris 1941-1944 (Éditions du Seuil, Paris: 2007)

Operation Fortitude, a closed-loop deception operation (1)


, , , , , , , , , , ,

   “In wartime, truth is so precious that she should always be attended by a bodyguard of lies”, Winston Churchill declared. On 6 June 1944, the Allied forces launched Operation Overlord, the largest landing operation in history. As landing operations are well known for being extremely difficult to achieve, this one had to be covered by highly intricate deception plans, in order to ensure the Allied victory.

Operation Fortitude has been implemented in order to misinform Germany concerning the date and location of the amphibious landing, making it focus on other time and places and acting as a force multiplier by dividing German forces and making the German intelligence services believe that the landing in Normandy was no more than a diversionary operation. Operation Fortitude has been interpreted as a ‘closed loop’ operation.

In other words, British intelligence services were not only able to control the information feeding the Germans, but also to ascertain the extent of their belief. In response, this essay analyses the phase of controlled linkage of information and the existence of a feedback phase. My argument is that if Operation Fortitude reveals itself as a ‘closed loop’ operation, both phases of the loop have been highly facilitated by the poor quality of German intelligence services.


Omaha Beach, about 10 days after Operation Neptune was launched.

Part 1 – Deception process

Through Operation Fortitude, the Allied did not try to hide their intention to invade Europe, but they intend to make Germany focus its attention and forces on Pas-de-Calais and Norway. To achieve the disinformation part of the closed loop, the British intelligence services used human intelligence as well as wireless and physical deception.

The Agents’ role and the Double Cross System

 The XX Committee was set up in January 1941. It was in charge of the “Double Cross System”, the operation that aimed at deceiving the Germans about British intentions. As a consequence it had to manipulate double agents, originally sent by the Abwehr, the German intelligence service, to spy on Britain and then turned to the British cause. After 1945, the study of captured German intelligence records revealed that all the agents sent to the British Isle were under the complete control of the MI5. For instance, between September and November 1940, twenty-one agents of the Abwehr arrived in Britain. Twenty of them were arrested or surrendered, while the one remaining committed suicide.  Because of the incompetence of Abwehr, the German intelligence network in Britain was soon completely turned over. Indeed, according to the Abwehr instructions, each new agent had to contact an in-place agent, facilitating their identification by the XX Committee. A striking example is the one of the welsh Arthur Owens, who was given the codename “Snow” by the MI5. The XX Committee turned him into a double agent, as he has formerly been recruited by the Abwehr as the point of contact of new German agents in Britain. As a result, the MI5 was finally able to control a large network of supposed German agents turned to the Allied cause.


« Agent Garbo » Juan Pujol

Otherwise, the work realised by Juan Pujol, whose codename was agent Garbo, allowed the Committee to further ascertain its manipulation of the picture Germany had of the Allies’ invasion plan. Garbo was recruited in Spain by the German intelligence services that ordered him to travel to England to spy on the Allies and to build up a network of spies. His ambition was to be double agent in order to strive for the totalitarian regime defeat, “to the good of humanity”. He was subsequently enrolled by MI5 and fabricated a network of twenty-seven imaginary agents supposed to feed the Abwehr. This fictitious network was invaluable to Operation Fortitude, since to the German’s mind, Garbo and its so-called network were one of the best sources of information they had concerning the Allies’ invasion. To such an extent that on July 1944 Garbo was granted the Iron Cross by Hitler himself. As a consequence, Garbo’s misinformation was never questioned by German intelligence services. This was the result of the meticulous building of the controlled linkage by the XX Committee, made of the conflation of out-of-date and fabricated information. The aim was to build confidence while not compromising real operations. The agents’ credibility represented a long-term asset to be used in a large-scale strategic deception. During its double agent career, Garbo fed the Abwehr with more than 315 letters and 1.200 signals, contributing to its credibility. The actual existence of it is evidenced by the fact that in a post-war meeting between Garbo and his Abwehr controller, the latter told him that Germany trusted him to the end. Operation Fortitude North simulated the gathering of Allies’ forces in Scotland and Iceland to prepare a major landing in Norway. To this end, imaginary agents from Garbo’s network, supposedly located in Scotland and Northern Ireland, reported to their Abwehr controllers the movements of notional armies in the North of the British Isles. Those divisions were said to be training with mountaineering equipment, indicating probable plans for a major landing operation in Norway. They also pretended that some talkative American soldiers had made allusions to some troops stationed in Iceland. This information was then confirmed to the Abwehr by two double agents in Iceland, whose codenames were Cobweb and Beetle. The objective of Fortitude South was to convince the Germans that the Normandy amphibious landing was a diversionary operation, and that the main invasion would take place in Pas-de-Calais. To support this theory, Garbo, through the identity of its fictitious agents in South-eastern England, signalled that most of Allied formations were stationed near Dover, the English city facing Calais, just on the other side of the Channel. Actually, the forces were located in Wales and in Southwest England. The polish double agent Brutus, whose real name was Roman Czerniawsky, then corroborated those locations. The British intelligence services misled the Abwehr concerning the time of the invasion: indeed the German high command thought, in step with the deception plan, that the landings would only operation-fortitudeoccur 45 days after the D-Day. This idea was reinforced by some judicious indiscretions from British diplomatic personnel abroad who suggested that any attack before the end of the summer would be unlikely. Thus, the Germans would stay focused on Pas-de-Calais and the Allies would have time to ensure a firm base in France. Moreover, the credibility of agents had to resist to the unexpected trigger of the assault on Normandy, as one of the objective of the deception plan was to keep the main part of German forces away from the front line as long as possible and thus allow the Allied forces to set up lastingly on the continent. To this purpose, in the night of 5/6 June, Garbo warned the Abwehr of the impending attack on Normandy, but late enough to prevent the German army to react in time. Thanks to this, he was still credible when he sent a radio signal on 8 June just before midnight to assure to Berlin that the invasion in Normandy was “diversionary” and aimed at weakening the forces protecting Calais, where the real assault was still supposed to take place.  As a consequence, on June 10, the Oberkommando der Wehrmacht, the German high command, countermanded a previously given order for a counterattack on the beaches of Normandy, stopping the 1st SS Panzer Division and the 116th Panzer. Meanwhile agent Brutus, who was ostensibly attached to the notional First United States Army Group stationed in Dover, reported that the FUSAG didn’t move, indicating the diversionary nature of the Normandy landings and the continuity of major landing plans in Pas-de-Calais. Indubitably, the role of double agents was beautifully orchestrated in the part of Operation Fortitude that aimed at mislead the German intelligence services.

Yet, this success can also be partly seen as the very consequence of the Abwehr ineptitude, bringing to light a high degree of credulity and a lack of intelligence channels. Besides, the deception carried out by double agents was completed by a physical and wireless deception.

 The Physical and Wireless Deception

 The XX Committee was fully aware that the British Army locations and radio communications were subject to the meticulous surveillance of the German intelligence. Thus, the Committee implemented an intentional leakage of information aiming at further misleading Germany by confirming the double agents sayings or by filling the gaps. The collection of the different pieces of information was supposed to reveal an order of battle consistent with the deception plan. Fortunately, the poor quality of the Abwehr and its lack of suspicion made the process easier. A statement of Ewen Montagu, a Naval intelligence officer during the Second World War, evidences this issue: “ We had no illusions about the efficiency of the German Abwehr, so we had to make sure that the puzzle was not too difficult for them to solve”. The radio deception revealed itself to be particularly valuable within the framework of Fortitude North, because the weather in the North of Britain made difficult the Luftwaffe reconnaissance flights. As a consequence of the lack of aerial survey, the Germans had to rely scr536_2idexclusively on radio intercepts and agents’ reports. The former provided them with valuable information concerning the disposition of forces, trainings or manning, thus corroborating the latter. Some real units were allowed to use radio transmission, letting the enemy know small real pieces of information, until they move to the South to prepare for Operation Overlord. They were then imposed a radio silence not to reveal their actual location while deception units were implemented in the North to simulate the continuance of their former positioning and activities.

Moreover, some notional units artificially increased the apparent number of Allied forces stationed in the North ostensibly supporting the future landing in Norway. Two naval wireless deception units were positioned in Scotland, while a US Rangers Battalion was supposed to station in Iceland. Within the framework of Fortitude South, the need for physical deception was more imperative since Luftwaffe aerial reconnaissance was more intense due to easier flight conditions. As a consequence, a scenery was meticulously implemented in order to lure German observers. Fake military bases and facilities were set up, including concentration of troops, dummy armoured vehicles and hospitals, all made of wood, rubber and cardboard. Early June 1944, 240 dummy Tank Landing Craft were floating in the area of Dover. Thanks to those lures, the Germans were able to note by themselves the veracity of their so-called undercover agents’ accounts. Finally, in May 1944, the Abwehr thought 79 divisions were stationed in England, while they were in fact only 52.

Dummy aircraft

Dummy aircraft

By dummies and fake radio traffic, the British intelligence services aimed at pretending that the Allies disposed of enough forces for at least two or three assaults in different places. The point was to divide German forces by overestimating the amount of Allied available forces. These overestimations proved to be invaluable after the D-Day. Indeed, considering their estimation of the number of armies stationed in the British Isles, the Germans has been comforted in the belief that the landing in Normandy was no more than a diversionary operation.


Dummy tank


Dummy landing craft in the Dover area

FARC-EP : Comment la Drogue alimente la Guérilla (2)


, , , , ,

Deuxième Partie – L’Âge d’Or de la Guérilla ?

    Les années 1990 voient le développement des FARC-EP, leurs revenus croissant en même temps que leur investissement dans le trafic de drogue s’intensifie avec l’apparition d’une nouvelle culture, le pavot. En 2003, un ancien dirigeant des FARC-EP expliquait que cette diversification dans la production de stupéfiants était l’œuvre d’un groupe constituant une sorte de « Lobby de la Drogue » interne à l’organisation. Les membres de ce lobby viendraient notamment de la Commission des Infrastructures et de la Commission des Finances. Par ailleurs l’année 1990 voit la mort de Luis Alberto Morantes Jaimes alias Jacobo Arenas, membre fondateur de la guérilla dont il est un cadre intellectuel important. Manuel Marulanda demeure seul à la tête du mouvement, qu’il dirigera de manière plus pragmatique, moins tournée vers les idéaux marxistes défendus par Arenas.


Une implication plus poussée dans le narcotrafic

    À partir de 1990, la culture du pavot apparaît en Colombie. Cette nouvelle culture représente une source de financement supplémentaire pour la guérilla, qui va s’impliquer dans la production d’opium. En effet, en 1990, le cours du kilo d’opium est remarquablement haut en Colombie, du fait de la stratégie des trafiquants consistant à acheter cher la production des agriculteurs afin d’inciter à la culture du pavot. Au début de la décennie, le prix de la vente d’un kilogramme d’opium dans une ferme afghane varie entre 35 et 70 dollars. Dans la même période, les trafiquants achètent aux paysans colombiens la même quantité pour 1 500 dollars. Ainsi des champs de pavot sont semés sur les terres qu’elle contrôle, et la production est écoulée auprès des narcotrafiquants. Les FARC-EP profitent donc de cette nouvelle source de revenus lucrative. Les prix d’achat au producteur tomberont à 300 dollars en 2003, le trafic étant bien implanté. Cela représente sensiblement le même prix que le kilo d’opium a atteint en Afghanistan suite au début de la guerre en 2001, soit 350 dollars. Par ailleurs, à partir du milieu des années 1990, les surfaces dédiées à la culture du cocaïer gagnent en importance. Elle seront plus que doublées en l’espace de cinq années : de 70 000 hectares de cultures en 1995, elles passeront à 150 000 hectares en 2000. À l’origine de cette intensification de la culture se trouve la crise de l’agriculture moderne qui survînt en Colombie dans la même période. Les cultures de blé, de coton ou encore de riz rencontrent des difficultés, et de nombreux ouvriers agricoles se retrouvent sans emploi et se reconvertissent par conséquent dans les champs de cocaïer. Patrouille de FARC-EPDurant les cinq dernières années de la décennie, les effectifs des FARC-EP ont été presque doublés. Toutefois, le conflit avec les paramilitaires se pérennise. Ainsi le Putumayo sera le théâtre d’une offensive paramilitaire visant à déstabiliser la guérilla. Outre la guerre de harcèlement, les organisations se livrent une guerre économique. En effet, si les FARC-EP contrôlent alors la majeure partie de la production de coca les paramilitaires, qui œuvrent dans les zones urbanisées, offrent un prix supérieur à ceux des guérilleros pour l’achat de la pâte base. Tous deux font pression sur les population afin d’être approvisionnés.

 Le Renforcement de la Guérilla

    Le corollaire de cet investissement plus poussé dans le commerce de la drogue est la hausse des revenus de la guérilla. En 1999, la justice colombienne n’avait encore jamais clôt un compte de l’organisation ni arrêté une personne chargée de gérer ses ressources. Si les chiffres concernant cette période ne demeurent que de simples estimations, il semble évident que la puissance financière des FARC-EP s’est considérablement accrue durant la décennie. Partant d’informations obtenues grâce à d’anciens membres et de disquettes informatiques saisies par les renseignements militaires, la revue colombienne Semana a publié en juillet 1992 une estimation des profits de la guérilla pour 1991, qui se seraient élevés à cent quarante millions de dollars. DrogaParmi les sources de revenu notables, la moitié proviendrait du narcotrafic, tandis que 15 millions seraient issus des enlèvements contre rançon qui ont été au nombre de 370 cette année-là.  L’impôt sur les têtes de bétail aurait rapporté 5 millions de dollars, soit autant que l’exploitation des mines d’or. De plus, à partir de 1998, les FARC-EP franchissent un cap de plus dans le contrôle de la production de cocaïne. Ils éliminent les chichipatos, intermédiaires qui se déplacent de ferme en ferme pour collecter la production de pâte base. La guérilla s’est en effet aperçue du danger que représentaient ces derniers, pouvant être utilisés comme informateurs. Mais surtout, elle veut faire sienne la plus-value de ces intermédiaires, d’autant plus qu’elle fixe désormais elle-même les cours de la pâte-base. Ceux-ci varient de 250 à 350 dollars, et à ce stade de la production le bénéfice est de 60% à 80%. Il faudra environ 2,5 kilos de pâte-base de coca pour faire de la cocaïne-base (précurseur de la cocaïne), qui sera vendue entre 1 500 et 1 700 dollars avec une marge bénéficiaire de l’ordre de 40% à 50%. Une fois transformée en cocaïne, ce produit sera distribué sur les marchés européen et américain pour un prix de vente d’environ 50 000 dollars en 1993. Le facteur multiplicateur du prix de la cocaïne par rapport à la feuille de coca est de 500, expliquant l’engouement de la guérilla pour le trafic de drogue.

Commerce Lucratif

L’investissement accru des FARC-EP dans le narcotrafic, grâce aux ressources qu’il apporte, a permis aux guérilleros de se renforcer. En effet, suite à une vague de manifestations paysannes orchestrées par la guérilla en 1996, les cocaleros ont été la cible d’une forte répression. Front 1995Le gouvernement, tentant de débusquer la guérilla des deux plus importants départements de production de coca que sont de Caqueta et le Putumayo, n’a pu réussir son entreprise du fait des moyens désormais alloués à la résistance. En effet, en 1991, les forces gouvernementales se sont emparées de La Uribe, dans la région de la Meta. Les FARC-EP répliquèrent à la prise de leur siège traditionnel par une véritable campagne militaire de six mois. Les fronts de cette région dégagent des bénéfices tels qu’ils sont en mesure d’apporter une aide économique aux fronts opérant des zones moins lucratives.  En 1993, lors de leur Neuvième Conférence Nationale, la guérilla établi un « plan stratégique » sur huit ans, période estimée nécessaire à une prise de pouvoir en Colombie. Si l’objectif semble optimiste, en 1998 les guérilleros ont fait une véritable démonstration de forces avec la prise de Mitu, capitale de la région du Vaupes. Lors de cette opération, 1 500 insurgés du Bloc Oriental attaquèrent la petite ville de Mitu, comptant alors 15 000 habitants. La ville est alors protégée par 120 hommes : 5 officiers, 2 sous-officiers, 77 gardiens de la paix et 36 agents de la police nationale, sous les ordres du colonel Luis Mendieta. Les combats durèrent près de douze heures, commençant aux alentours de 4h45 pour finir vers 16h30 avec la victoire des FARC-EP. Ils conserveront la ville pendant 72 heures. Lorsque le gouvernement reprendra la ville, il ne rencontrera qu’une faible résistance, la majeure partie des guérilleros ayant déjà regagné la dense forêt, emportant 61 otages. Quelques jours plus tard, les services de renseignement de Colombie intercepteront un message de Victor Julio Suarez Rojas, alias Mono Jojoy à destination des fronts. Le Commandant en Chef des Opérations Militaires de la guérilla informait ses troupes du résultat de la « partie de guerre » qu’il avait donné, et appelant à continuer les affrontements.

Toma de Mitu

Le Commissariat de Police de Mitu après les affrontements

FARC-EP : Comment la Drogue alimente la Guérilla (1)

   Les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie – Armée du Peuple (FARC-EP) reviennent en ce mois de février sur le devant de la scène internationale. En effet, dans le cadre des négociations qui se tiennent depuis novembre 2012 à La Havane, le négociateur en chef des FARC-EP Ivan Marquez, dirigeant du bloc de fronts nord-est, a soumis au gouvernement colombien une proposition consistant à légaliser la production de marijuana, de pavot et coca ainsi que la consommation des drogues qui en dérivent. Il se trouve en effet que la guérilla, fichée comme organisation terroriste aux États-Unis, au Canada et en Union Européenne, tire une partie non négligeable de ses ressources financières des revenus de la drogue. Heureusement, le commandant Marquez a précisé que de telles mesures devraient s’accompagner d’une « solide éducation » de la jeunesse.

    Trouvant leurs origines dans la Guerre Civile Colombienne qui dura de 1948 à 1953, les FARC-EP sont une guérilla communiste, c’est à dire un groupe composé d’unités régulières pratiquant une guerre de harcèlement, faite d’embuscades, de prises d’otages et d’assassinats visant à la mise en place d’un régime d’inspiration marxiste-léniniste. Le conflit perdure depuis la création formelle des FARC-EP en 1966, il y a maintenant soixante-sept ans. Grâce à la production et au commerce de drogue, la guérilla a en effet réussi à s’implanter plus profondément encore au cœur de la population, et contrôle toujours un certain nombre de régions.


On estime aujourd’hui que les effectifs des FARC-EP sont constitués de 30% de femmes.

Première Partie – Naissance d’une Narcoguérilla

   Le Besoin de Financement

    Lewis Tam, ambassadeur américain en Colombie de 1983 à 1985, inventa le terme de « narcoguérilla » pour qualifier l’orientation que prirent les FARC-EP lors de son mandat. En effet, les années 1980 virent la guérilla se tourner vers le trafic de drogues, qu’elle réprouvait auparavant. Survivance des mouvements insurrectionnels dont la création a été financée dans les années 1940 par la Russie Soviétique, la guérilla tenait les stupéfiants comme le produit de la « dégénérescence capitaliste », doté d’une nature hautement subversive et exploité par des trafiquants capitalistes.

    Cependant les revenus générés par la drogue deviennent une nécessité. En 1979, quand la guérilla s’installe dans la région du Caguan, la famine sévit, et la culture de la coca représente l’une des seules alternatives susceptible d’améliorer la situation. Coca

En effet, cette plante présente des avantages par rapport aux cultures vivrières. Ces avantages consistent en sa résistance, sa capacité à croître même dans des sols pauvres et la facilité avec laquelle les cultures sont transformées en denrées non périssables. Pour les paysans colombiens avec peu de revenus, pas de terres et un accès limité aux techniques d’irrigation et engrais perfectionnés, la culture de la plante de coca représente la plus lucrative. Par ailleurs, du fait de la demande américaine toujours grandissante, les prix demeurent relativement hauts.

    Ainsi les dirigeants des FARC-EP réalisèrent le potentiel économique de la coca, décidèrent d’en autoriser et taxer la culture afin de financer leur expansion, et ce malgré leurs réticences initiales. Dès lors, la culture de la coca représentait un motif supplémentaire d‘acquérir de nouveaux territoires. Les fonds issus de la taxe sur la drogue, le gramaje, financèrent le renforcement militaire de l’organisation. En effet, le 200px-Flag_of_the_farc-epchangement de mentalité des FARC-EP survînt lors de la Septième Conférence Nationale, en 1982, au moment où les réalités politiques, militaires mais surtout économiques la rattrapent et qu’elle se trouve à un point de rupture de son histoire. Elle est en effet forte à ce moment-là de dix-huit fronts actifs, et vient de se doter de nouvelles équipes, notamment un secrétariat responsable de la planification centralisée. La décision d’opter pour des cultures illégales mais lucrative a été motivée par la volonté d’opérer une rupture avec la phase défensive de la guérilla en renforçant les capacités militaires des fronts. Sans les revenus de la drogue, les FARC-EP n’auraient sans doute pas été capables de financer leur expansion.

Les Années 1980 : Premiers Pas

    Ainsi la culture du cocaïer se répand sur les territoires contrôlés par les FARC-EP. Dans un premier temps, ce sont surtout les régions du Putumayo, du Guaviare et du Caqueta qui se lancent dans la production de coca, puis de nombreuses suivent. CocaLes cultures sont dissimulées dans la forêt amazonienne, florissante dans les territoires contrôlés par la guérilla. Sous la direction de leur pragmatique commandant en chef Manuel Marulanda, aussi appelé Tiroffijo (Tir Sûr), les FARC-EP vont se lier aux narcotrafiquants sans le cadre de leur nouveau champ de production. Les cartels se chargent ainsi dans un premier temps de produire la coca dans les zones contrôlées par la guérilla, à laquelle ils paient des taxes, et de la transformer puis de l’exporter. Pour gérer ces nouvelles arrivées d’argent, l’organisation met en place la Commission Financière, chargée d’établir un budget correspondant à chaque front et servant de cambre de compensation entre ces derniers.

    Les FARC-EP, en implantant la culture de la coca, ont élargi leur base sociale et leur contrôle territorial. Ainsi, ils protègent les agriculteurs de la voracité des propriétaires de latifundias, ils limitent les superficies dédiées à la culture du cocaïer afin que celle-ci ne se réalise pas au détriment de la culture vivrière, ils interdisent la délinquance et la consommation du basuko, une sorte de cigarette imbibée des déchets de base de la cocaïne. En renforçant ainsi le contrôle de la population et son assise territoriale, la guérilla a réussi à accroître le nombre de ses combattants.

    Rapidement, devant les sommes grandissantes rapportées par l’économie de la drogue, les FARC-EP ne se contentent plus de prélever des impôts sur les activités des narcotrafiquants et sur le transit de la dogue. Ils se sont impliqués plus en avant dans le trafic de drogue, s’investissant dans la quasi-totalité du processus, de la culture du cocaïer à la vente aux cartels. Toutefois, ils ne gèrent pas encore leurs propres laboratoires et ne participent que rarement à l’exportation, se limitant à la production de pâte base. La pâte base est une forme intermédiaire de cocaïne, obtenue à partir des feuilles de coca mais contenant des résidus venant des produits chimiques servant à sa préparation. Occasionnellement fumée par les cultivateurs, elle ne sera vendue aux consommateurs qu’après avoir subi les transformations nécessaires à la fabrication de chlorhydrate de cocaïne. Dès la prise de conscience de la rentabilité de la coca, la guérilla commence à exiger une contribution financière plus forte de la part des fronts présents dans les régions productrices, elles-mêmes situées au niveau de la Cordillère Orientale. Du fait de l’augmentation des revenus du trafic, les autres fronts se déplacent vers ces régions afin de bénéficier de la nouvelle manne.

Colombie physique


  Les relations avec les narcotrafiquants sont par ailleurs lucratives, et permettent aux guérilleros d’écouler leurs stocks de stupéfiants. Ainsi en 1986, deux à trois tonnes de pâte-base sont évacuées chaque semaine par l’aéroport de San José du Guaviare, dans la région du Meta. Mais l’association avec les narcotrafiquants devient instable. Si les FARC-EP entretiennent de bonnes relations avec les membres importants du cartel de Medellin, dont Pablo Escobar, l’association avec les narcos se détériore rapidement du fait des relations plus conflictuelles avec un autre de ses membres, José Gonzalo Rodriguez Gacha. En 1983, la guérilla finit par attaquer l’un des laboratoires du cartel, situé dans la région du Meta et théoriquement placé sous sa protection. En réaction Gacha formera des troupes paramilitaires, s’associant avec les grands propriétaires ennemis de l’organisation et ayant pour vocation de protéger les laboratoires contre la guérilla. La lutte entre les groupes armés conduira les FARC-EP à quitter la région du moyen Magdalena. Entre 1981 et 1988, les affrontements finiront par chasser l’organisation de certaines régions mineures du Meta. Dès lors, une guerre de contrôle des territoires va prendre place entre guérilleros et les paramilitaires, chacun tentant de récupérer les régions productrices de coca, qui sont leur base économique commune. Ce conflit va peu à peu suivre une logique circulaire : le contrôle des territoires deviendra d’autant plus nécessaire que les affrontements seront de plus en plus coûteux.

    Les revenus du narcotrafic, comprenant la production de cannabis, de coca mais aussi le transit des substances provenant d’autres pays d’Amérique du Sud en direction de l’Amérique du Nord via le Panama, permettra ainsi aux FARC-EP de se renforcer considérablement. Dans les années 1980, 80% des surfaces colombiennes dédiées à la culture du cocaïer se trouvent sur le territoire des FARC-EP. La guérilla est alors forte des revenus de dix mille hectares de culture de cocaïer, soit 3,5% de la production des pays Andins. Daniel Pécaut, spécialiste reconnu de la Colombie et directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, estime que les effectifs de la guérilla atteignent alors trois mille cinq cent membres.

Alonso Cano, cadre intellectuel de la guérilla, en compagnie de Jacobo Arenas, leader idéologique du mouvement, et de Raul Reyes, numéro 2 des FARC-EP.

Alonso Cano, cadre intellectuel de la guérilla, en compagnie de Jacobo Arenas, leader idéologique du mouvement, et de Raul Reyes, numéro 2 des FARC-EP.

Apocalypse Bébé – Virginie Despentes


, ,


Valentine a quatorze ans. Elle fume, boit, ne refuse pas un rail de coke et s’offre à qui veut. Valentine a quatorze ans, et elle va disparaître sous les yeux de la détective privée chargée de la surveiller.

Lucie est détective privée. La petite trentaine, d’une banalité sans nom. Sans plus d’ambition que de réelle vie sociale, elle est vaguement consciente de sa léthargie mais ne s’y englue pas moins. Lancée sur la trace de Valentine disparue, elle fait appel à La Hyène, lesbienne assumée à la personnalité explosive et détective privée hors pair.

Au cours de ses recherches, l’improbable duo assemblera les pièces d’un puzzle retraçant le portrait d’une jeunesse cruellement actuelle, dont la désillusion complète l’absence de rêves pour ne laisser que peu de foi en l’avenir.

  No Future

Si le récit emprunte principalement le point de vue de Lucie, s’intercalent des fragments où Valentine nous est contée par ceux qui jalonnent son parcours. Le lecteur découvre ainsi les multiples facettes de l’adolescente. Sa complexité, ses errements et ses tentatives pour se raccrocher à tout ce qu’elle peut  nous la rendent d’autant plus attachante qu’elle nous est familière. Son parcours personnel semble tracer le bilan de notre jeunesse. Fille d’un homme complexé par son propre insuccès, perdant de la grande course à la réussite qui nous caractérise, elle n’a que peu connu sa mère, superbe femme d’origine nord-africaine reniant ses origines et considérant sa prestance comme le plus sûr moyen de s’offrir une vie d’aisance matérielle. Coincée entre un avenir source de déception d’un côté et la négation de ses origines de l’autre, Valentine ne sait pas plus d’où elle vient qu’où elle va. Sans grande considération pour l’avenir, elle est l’incarnation réactualisée d’une génération « No Future », symptomatique d’une société qui se fourvoie.

Cette société cherche dans la consommation effrénée l’exutoire à ses névroses. Ainsi, Valentine se réfugie dans la nourriture, sa mère cherche à tout prix l’aisance matérielle, et le succès de son père dépend de la vente de ses livres. Le produit de consommation se fait médiateur en frustration et apaisement. C’est la clé de l’illusion : l’objet désiré provoque un mirage de plaisir, les substances diverses et variées, licites ou non, occasionnent un fantasme d’évasion illusoire, la profusion matérielle offre un leurre de stabilité. Les personnes côtoyées deviennent elles-mêmes, à bien des égards, des consommables. Cela signifie qu’elles sont instrumentalisées, chosifiées, considérées uniquement sous l’angle dont nous tirons parti ou auquel nous devons nous confronter. Lucie n’est que l’instrument permettant de retrouver Valentine, la partie fine à laquelle elle assiste à Barcelone n’est que le marché sur lequel se retrouvent offre et demande sexuelle, Valentine elle-même n’est que le crédule outil d’une gigantesque manipulation.

 Consumérisme en Société

Sortons un instant de l’intrigue d’Apocalypse Bébé. Nous constatons dès lors autours de nous l’existence d’un rapport de consommation appliqué à autrui. Nous ne considérons pas autrui dans sa globalité et sa complexité d’être humain, mais uniquement dans ses aspects qui nous sont relatifs et dont nous entendons éventuellement tirer parti. De ce fait, nous opérons la distinction entre collègues et amis : les collègues nous aident à réaliser nos objectifs professionnels, nos amis nous aident à nous épanouir dans un cadre personnel. Nos parents représentent notre soutien de toujours et notre couple, celui de tous les jours. Posez-vous la question : pourquoi nous rassemblons-nous entre êtres humains ? En d’autres termes, pourquoi entrons-nous en société ? C’est simple : nous avons besoin les uns des autres pour vivre, et pour vivre mieux. Nous sommes incapables de satisfaire tous nos besoins et envies par nous-même. Les relations sociales sont définies par ce manque, et donc par conséquent par la façon dont l’autre comblera ce manque. La nécessité est la raison de l’entrée en société de l’homme, posa Platon. Nous nous contenterons d’ajouter que le rapport de consommation en est la résolution. Une fois que le manque est comblé, la nécessité satisfaite, le lien social se délite, parachevant le processus de consommation. Ainsi, en politique, nous votons sur le court terme, non pas sur les considérations personnelles que nous avons sur les candidats, leur sérieux ou leur probité, mais suivant les mesures concrètes qu’il prendra durant son mandat. Outre le fait qu’il privilégie la mise en place d’une politique court-termiste, le consumérisme politique nous fait considérer les hommes qui en sont l’objet comme de simples instruments visant à atteindre des objectifs bien précis. On ne peut à cet égard que constater l’extrême similitude entre le marketing de biens et services et le marketing politique, « vendant » un candidat à des électeurs indécis. De même, si nous étudions l’importance de l’emploi au sein de la société, nous nous rendrons comptes que celui-ci n’est autre que la désignation de la façon dont nous sommes utiles au reste de la communauté. Les personnes sont employées, c’est-à-dire qu’elles ont un emploi, une fonction bien précise dont leurs employeurs tirent parti. La façon dont les employeurs usent des employés est définie par un mode d’emploi, qui n’est autre que le Code du Travail. Cette fonction est déterminante dans les rapports sociaux : les « catégories socio-professionnelles » ne sont-elles pas les équivalents modernes des « classes sociales» ?

  Déviance Démocratique

Apocalypse Bébé nous livre des pistes de réflexion insoupçonnées à la lecture des premières pages. Le véritable problème de la chosification de l’autre est qu’elle est susceptible de conduire à son instrumentalisation totale, niant son libre-arbitre. Ainsi, Valentine n’aura été ici qu’un pion sacrifiable à volonté, au sein d’une vaste manipulation. Sans repères d’aucune sorte auxquels se raccrocher, Valentine s’est laissé manipuler et convaincre de mener en solitaire un attentat terroriste. Lequel s’inscrit dans un vaste programme visant à la réaffirmation du pouvoir étatique. En effet, partant de l’attentat qu’ils ont eux-mêmes élaboré en sous-main, les dirigeants vont prétexter la dangerosité d’un vague ennemi pour faire régner la terreur et justifier une emprise massive de l’Etat sur la population. Virginie Despentes nous montre que notre système n’est pas infaillible, qu’il suffirait d’un rien pour le faire dévier sans même que nous n’ayons le temps ou même la volonté d’enrayer le processus. Dans cette conception, le loup est roi, et le mouton sujet. Il assure sa domination sur le troupeau en menant lui-même dans l’ombre des actions faisant croire à la masse qu’elle a besoin de lui. Ce monde, de prime abord si cynique, offre de troublantes similitudes avec le nôtre. N’oublions pas que la désignation d’un ennemi extérieur est le meilleur facteur de cohésion interne, et que les situations de crise, désignant un ennemi commun rendent les individus dociles face à un pouvoir censé les en protéger. Valentine, commentant son geste, affirmera « Je suis la peste, le choléra/La grippe aviaire et la bombe A ». Elle est cet épouvantail que l’on brandit pour rendre les masses plus dociles. Cette chimère, quant à elle, change de nature suivant les intérêts et les besoins. Elle est multiforme, et ses incarnations sont aussi calculées que variées. Extrémistes religieux, traders machiavéliques, contrevenants aux principes démocratiques, menace nucléaire, pandémies ou crise économique, les partisans de l’autoritarisme savent faire feu de tout bois. Ajoutons à cela que le profond désintéressement des foules de la politique accroît le risque de déviance de notre démocratie. L’immobilisme politique conduit à l’hégémonie d’une minorité volontaire sur une majorité insatisfaite mais non moins apathique. Cette insatisfaction latente, par ailleurs, peut servir de terreau au développement d’idéologies extrêmes, menaçant encore une fois le système.

L’histoire, on le sait, est faite d’hommes, de hasards et de circonstances, et de ce fait ne se répète pas. Ne négligeons pas pour autant les leçons que nous pouvons en tirer, et penchons-nous, pour conclure, sur ce que dit Hannah Arendt de l’accession au pouvoir des totalitarismes dans son ouvrage « Le Système Totalitaire » :

«  Le succès des mouvements totalitaires auprès des masses sonna le glas de deux illusions pour les démocraties en général, et pour les Etats-Nation européens et leur système des partis en particulier. La première illusion voulait que le peuple, dans sa majorité, eût pris une part active au gouvernement, et que tous les individus se reconnaissent dans tel ou tel parti. Au contraire, ces mouvements montraient que les masses politiquement neutres et indifférentes pouvaient facilement constituer la majorité dans un pays gouverné démocratiquement : par conséquent, une démocratie pouvait fonctionner selon des règles qui ne sont activement reconnues que par une minorité. Selon la seconde illusion démocratique détruite par les mouvements totalitaires, ces masses politiquement neutres étaient sans importance, réellement neutres, et ne constituaient que la toile de fond muette de la vie politique nationale. Les mouvements totalitaires faisaient maintenant apparaître ce qu’aucun organe de l’opinion publique n’avait jamais pu montrer : le régime démocratique avait reposé autant sur l’approbation et la tolérance silencieuse des couches indifférentes et indistinctes de la population, que sur les institutions et organisations distinctes et visibles du pays. Aussi, lorsque les mouvements totalitaires envahit les parlements, leur mépris du régime parlementaire sembla une pure incohérence : en fait, ils réussirent à convaincre une grande partie de la population que les majorités parlementaires étaient factices et ne correspondaient pas nécessairement aux réalités du pays, sapant ainsi le respect et la confiance en des régimes qui croyaient plutôt à la règle majoritaire qu’à leur propre constitution. »

Hannah Arendt, Le Système Totalitaire (édition de 1971)

Qui a peur du Grand Méchant Loup ?


, , ,

    En avril dernier, la turbulente Corée du Nord a de nouveau fait parler d’elle sur la scène médiatique en annonçant le lancement imminent d’une fusée. Par ce nouveau coup d’éclat, le régime connu pour sa témérité affirme encore sa position en marge de la communauté internationale, initiée dès 1948.

     Retour sur la stratégie du vilain petit canard des relations internationales.

 La Provocation pour Stratégie

En matière diplomatique, la Corée du Nord affiche sans complexes son penchant pour la provocation, dû à un certain mépris des conventions internationales. En effet, on ne compte plus les violations délibérées des Traités et autres accords à son actif. Pour ne s’en tenir aux faits les plus récents, nous évoquerons ici le retrait de Pyongyang du Traité de Non-Prolifération par lequel les états signataires s’engagent à ne pas tenter d’obtenir ni de diffuser l’arme nucléaire, suivi de l’expulsion manu militari des experts de l’Agence Internationales de l’Energie Atomique présents sur le territoire nord-coréen. De même, nous mentionnerons les régulières interventions militaires le long de la frontière commune avec la Corée du Sud, constituées de raids et autres « tests » de missiles, comme cela fut le cas en 2010 dans la Mer Jaune, zone de haute tension entre les deux Corées. Enfin, on reproche aisément à la Corée du Nord d’exporter ses missiles balistiques dans des zones que la communauté internationale juge sensibles, comme l’Iran ou le Pakistan. Notons, parallèlement à ce propos, que ce tort est partagé par bien des pays Occidentaux ; ainsi, en 2012, Amnesty International a révélé que l’Allemagne avait notamment livré quantité de blindés à la Libye du colonel Kadhafi.

    Toutefois, la problématique la plus sensible demeure celle du nucléaire nord-coréen. Depuis son retrait du TNP en 2003, la Corée du Nord a en effet reconnu disposer d’un programme nucléaire militaire, avant de procéder à des essais qui l’affirmeront comme puissance nucléaire en 2006 et 2009. L’arme nucléaire constitue pour la Corée du Nord un outil de chantage. Celle-ci, peu dotée en matière de ressources naturelles et ayant privilégié l’industrie lourde au détriment de l’autosuffisance alimentaire, se voit en effet frappée de pénuries récurrentes. La menace nucléaire sert ainsi à faire pression sur la communauté internationale, qui dès lors pourvoit Pyongyang en ressources énergétiques et alimentaires. On ne peut ainsi que faire le lien entre le fait que les Etats-Unis soient le principal pourvoyeur de ces ressources et le fait qu’ils soient aussi la cible rêvée des nord-coréens. Un exemple frappant est celui du test du missile Taepodong-1 en 1998. La Corée du Nord se trouvant alors dans une période de famine endémique, elle n’a pas trouvé meilleur test pour son dernier missile balistique à longue portée que de le faire passer juste au-dessus du Japon. Le résultat fut rapide : en échange d’un moratoire selon lequel Pyongyang  s’engage à ne plus réitérer de tels exploits, les sanctions économiques lourdes exercées par les Etats-Unis sont levées.

Par ailleurs, le nucléaire Nord-Coréen sert à la pérennisation du régime : il fait à la fois office de facteur de cohésion interne en servant la puissance apparente des dirigeants en place, mais aussi de dissuasion extérieure en légitimant les revendications de Pyongyang à s’affirmer comme puissance régionale, voir internationale. L’arme nucléaire instaure une sanctuarisation du territoire nord-coréen, prémunissant le pays d’éventuelles attaques ennemies. Par-delà même la dissuasion, il s’agit d’intimider les pays hostiles, stratégie amplement renforcée par l’imprévisibilité de la politique extérieure nord-coréenne  ainsi que par la particularité patente de Pyongyang à ne respecter aucun engagement international. Depuis les évènements en Libye de l’année passée, le régime ressent plus que jamais la nécessité de cette intimidation, car elle a ainsi pu se rendre compte que les Etats-Unis n’ont pas hésité à détruire un régime qui leur était hostile dès que l’opportunité s’est présentée.

 Le Syndrome de l’Encerclement

Cette stratégie s’est imposée à la Corée du Nord comme un moyen de résistance face à un système international qu’elle refuse. Tout comme le terroriste répand le désordre pour faire entendre ses revendications, la Corée du Nord sème l’inquiétude pour se prémunir d’atteintes à son intégrité. C’est une stratégie adoptée par le plus faible visant à faire ployer le plus fort. Pourquoi ce sentiment de défiance face à la communauté internationale ? Pour le comprendre, il faut se mettre à la place de Pyongyang. Régime communiste et donc par nature lié à l’URSS et à la République Populaire de Chine, la Corée du Nord a vu ses soutiens se déliter dans les années 1980 : libéralisation puis effondrement du régime soviétique, ouverture au monde de la Chine. Pyongyang, seule, demeure enclavée au sein de ses frontières et en conçoit dès lors une méfiance portant sur tout et tous, qui se concrétisera par des efforts redoublés en matière de développement militaire et nucléaire. L’aire géographique au pire hostile, et au mieux intéressée qui l’entoure n’est pas pour remédier à ce syndrome de l’encerclement.

Kim Jong-Il et Hu Jintao en mai 2010

Kim Jong-Il et Hu Jintao en mai 2010

Ainsi la Chine, si elle entretient avec la République Populaire Démocratique de Corée des relations que l’ou pourrait qualifier d’intenses, considère en cela avant tout son intérêt propre. Ainsi Pyongyang, du fait de son isolement, constitue un partenaire économique privilégié : en 2011, alors que la crise économique fait rage de par les pays développés et que chacun veille à l’équilibre de sa balance commerciale, la Chine trouve en son voisin un débouché significatif pour ses marchandises. Cette même année, le commerce bilatéral entre les deux pays augmentera de 60%. Par ailleurs, la Corée du Nord a jugé bon de confier à Pékin la gestion de certains de ses ports de commerce : outre les bénéfices engrangés directement, la Chine voit en cela un moyen de s’offrir une nouvelle façade maritime propice au commerce international. Par ailleurs, le territoire Nord-Coréen fait office de zone-tampon face aux régimes à économie de marché tels que la Corée du Sud ou le Japon qui, sans être jugés hostiles face à la Chine, n’en sont pas pour autant de fervents adeptes. Surtout, cette zone-tampon sépare le territoire chinois des nombreux militaires américains basés en Asie de l’Est. Sans elle, la Chine maintiendrait à ses frontières une puissance militaire significative. Grâce à elle, cette puissance est redéployée du côté de Taïwan ou subsistent encore les reliques de la Chine Impériale.

La Présence militaire américaine en Asie-Pacifique

La Présence militaire américaine en Asie-Pacifique
(in « La Relation transatlantique et l’Asie du Nord-est : front ou division ? », Barthélémy Courmont et Céline Pajon, Cetre d’études transatlantiques, août 2007)

Si elle protège partiellement la Chine de la présence américaine en Asie-Pacifique, la Corée du Nord s’y trouve quant à elle largement exposée. Ainsi, en 2010, plus de 30 000 militaires américains étaient basés sur le seul territoire sud-coréen. Il faut ajouter à cela la présence militaire au Japon ainsi que les bases navales et les bateaux croisant en Mer de Chine. Les Etats-Unis ont su saisir le prétexte de la Corée du nord pour s’établir militairement dans une zone qu’ils ne maîtrisaient pas jusqu’alors. Grâce à cette présence américaine justifiée par la présence d’un « Etat Voyou », Séoul a pu se développer rapidement. En effet, les gendarmes du monde se sont occupés non seulement de pourvoir la Corée du Sud en troupes et stocks d’armements, mais aussi en instaurant avec elle un partenariat économique. Ainsi, les fonds que Séoul a libéré du budget de la défense ont été redéployés dans l’économie et ont favorisés la mise en place du commerce international. Paradoxalement, c’est à la menace nord-coréenne que la Corée du Sud doit son niveau de vie avancé. Si demain une réunification entre les deux Corées devait survenir, les conséquences probables seraient une chute de plusieurs points du PIB, ainsi qu’un coût, pour la Corée du Sud, que les experts chiffrent en milliards de dollars. Ces données rendent un fait évident : économiquement, la Corée du Sud ne trouvera aucun avantage à une normalisation des relations avec son voisin du Nord, étant entendu qu’au coût propre de la réunification viendra s’ajouter l’allègement voir le retrait de l’aide américaine. De même, le Japon craint que la Corée réunifiée, après quelques années de difficultés, ne devienne un sérieux concurrent sur la scène économique. On constate ainsi que peu d’Etats ont intérêt à une normalisation des relations dans la péninsule coréenne. Pour beaucoup, un scénario idéal constituerait en un coup d’état à Pyongyang, orchestré par une Chine exaspérée des tribulations de son poulain sur la scène internationale et désirant mettre en place un régime calqué sur le sien, économiquement ouvert sur le monde.

 Du vilain petit canard au grand méchant loup

Toutefois, la Communauté Internationale ne s’entend pas à gérer le problème Nord-Coréen. En effet, bien peu d’informations filtrent à propos du régime. De ce fait, les négociateurs avancent dans le noir, ne sachant véritablement à quel pays ils ont affaire, s’il s’agit d’un régime fort et bien installé, ou bien en en train de péricliter. Ils n’ont ainsi aucune maîtrise de la situation, et se révèlent incapables de mettre en place une politique de réponse cohérente et adaptée. Le problème réside surtout en ceci : la Corée du Nord refuse d’être un Etat comme les autres, elle refuse de s’intégrer à un système qui ne lui correspond pas, elle refuse même d’en suivre les règles. Les approches diplomatiques classiques restent inefficaces car tenant trop peu compte de ce facteur prépondérant. L’inconstance des différentes politiques menées à cet égard par les Etats-Unis est le meilleur indicateur du peu d’effet produit. Ainsi, ces douze dernières années, l’Etat faisant office de négociateur privilégié avec la Corée du Nord a tenté différentes stratégies diplomatiques. En 2000, sous l’administration Clinton, la secrétaire d’Etat Madeleine Albright opère un rapprochement avec la Corée du Nord. Elle rencontrera ainsi Kim Jong-il dans le cadre de négociations portant sur le nucléaire. Sous l’administration Bush, toutefois, on assiste à un durcissement des relations, qui sont désormais marquées par la méfiance mutuelle. La Corée du Nord craint notamment les volontés de pacification « à l’américaine » qu’elle a pu constater au Moyen-Orient. Depuis 2008 et l’arrivée du Président Obama à la Maison Blanche, priorité est donnée à la dénucléarisation. Les intérêts de la Corée du Nord sont désormais pris en compte pour que les négociations se déroulent de manière équitable. Stephen Bosworth, négociateur, évoque ainsi l’éventualité de la mise en place d’un traité de Non-Agression entre les Etats-Unis et la Corée du Nord en échange de mesures concrètes de dénucléarisation.

Défilé Militaire pour le centenaire de la naissance de Kim Il-Sung, au cours duquel l’actuel dirigeant Kim Jong-Un a déclaré « Aucun pays ne peut nous attaquer ».

Il ne faut cependant pas perdre de vue que les approches de base étant inadaptées, les Traités restent sans effets sur Pyongyang, qui ne cache pas son mépris à leur égard, ne se souciant plus de les respecter dès lors qu’elle en a tiré tout l’avantage qu’elle pouvait. Les menaces de sanctions restent de même sans effet. Ainsi, en 2007, un accord bilatéral a été mis en place entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, prévoyant une aide énergétique substantielle en échange de la mise en place d’un contrôle nucléaire. Si l’aide a été de bon gré acceptée et consommée, le contrôle des installations nucléaire, quant à lui ne fut jamais accordé. L’anecdote serait cocasse, si elle ne se réitérait pas au fil des années depuis l’essor militaire de Pyongyang. De même, en matière de négociation, la République Populaire Démocratique n’hésite pas à jouer la carte du paradoxe, prenant en compte que si elle-même ne se soucie pas du Droit International, ceux qu’elle considère comme ses adversaires auront plus de scrupules. C’est comme cela qu’en 2012, Pyongyang annonça être prête à reprendre les négociations en matière d’énergie nucléaire… à la condition expresse que soit établi entre elle et Washington un Traité de Non-Agression. Elle assure ainsi sa sécurité sans se lier réellement à de nouvelles obligations, eût égard à ses précédentes défiances des Traités établis.

Derrière la farce se cache un triste constat : c’est toute la stratégie étrangère qui est à revoir, si la Communauté Internationale s’avère incompétente à s’adapter et gérer un cas ne figurant pas dans les cases préétablies de la diplomatie.

Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies

Si jusqu’à présent les Etats ont à de rares exceptions près marché au pas dans le chemin établi par le droit International, ou s’ils se sont au moins donné la peine d’en établir l’apparence, peut-être est-ce au final plus par bon vouloir que par réelle contrainte. La Corée du Nord défie cet ordre, et s’entête à agir comme bon lui semble, au gré de ses intérêts. Tel égoïsme se doit d’être sanctionné, et c’est ainsi qu’est mise en place une véritable diabolisation du régime sur la scène internationale. On fait de Pyongyang l’un des « Etats Voyous » dépositaires du Mal dans le monde. Les ennemis sont désignés, et nous devrions tous nous unir pour les réduire à néant, pour qu’enfin règne la paix dans le monde. L’idée est belle, si les motivations sont basses. Il ne s’agit là que d’une manifestation supplémentaire d’une volonté d’uniformisation à l’échelle mondiale. Comme dans les contes de notre enfance où la menace du grand méchant loup intime aux enfants de se conformer à ce que l’on attend d’eux, la Corée du Nord est le meilleur moyen de faire entrer les Etats dans le rang, où on leur garanti protection. Ne crions pas au complot, mais interrogeons-nous simplement sur le bien-fondé de l’adhésion générale à un seul et même modèle, jugé supérieur aux autres et dont les représentants seraient investis du droit de convertir de gré ou de force tout dissident. Peut-être ce système serait-il plus bénéfique s’il se contentait de viser la coopération dans la diversité, plutôt que l’intégration dans la communauté. Et si Pyongyang, loin d’être le grand méchant loup, n’était au final qu’un vilain petit canard ?

Car enfin, que réclame la Corée du Nord, si ce n’est au fond que le droit à vivre comme elle l’entend ? Si la terreur nucléaire a été mise en place, n’est-ce pas avant tout pour s’assurer de la jouissance de ce droit, et non semer le chaos dans nos jolies petites sociétés comme on voudrait nous le faire craindre ?

La Part de l’Autre – Eric-Emmanuel Schmitt


, , ,

Tous, nous connaissons le personnage d’Adolf Hitler.

Personnage historique, sinistre et froid s’il en est, éveillant la révolte, le dégoût, le malaise, parfois même la fascination, mais laissant rarement indifférent. Personnage que la postérité moderne ne montre désormais plus que sous ses aspects les moins dérangeants. Rougeaud, hystérique, sans une once de charisme, confère le cinéma récent. Le ridicule, vainement, tente de chasser l’horreur.

Trop souvent, nous oublions que derrière le dictateur il y a un homme. Il est dérangeant de penser que tel homme est, de par sa nature, si proche de nous. Alors on l’aliène, on le déshumanise, on le dit fou, on le rend autre pour ne pas, surtout pas, qu’entre Adolf Hitler et nous s’installe la proximité biologique, le partage de la nature d’homme.

Eric-Emmanuel Schmitt s’intéresse à l’homme sous le mythe noir, à l’artiste contrarié derrière le dictateur. Que se serait-il passé si Adolf Hitler avait été non pas recalé mais admis à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne ? S’il avait été suivi par le docteur Freud, rencontré des femmes, noué des amitiés, s’il avait été non pas marginalisé mais entouré ?

Car, ironie du sort, si vous êtes amateur de psychologie freudienne, vous conviendrez avec nous que la passion première d’Hitler pour la peinture aurait précisément été le moyen d’en finir avec ses névroses supposées.

Avec des « si », l’auteur refait le monde.

L’histoire commence avec un personnage unique : Adolf Hitler, attendant que tombe le verdict de son admission aux Beaux-Arts. et le récit se scinde en deux mondes, deux histoires parallèles.

Hitler est recalé, Adolf H. est admis. Hitler deviendra le dictateur le plus tristement célèbre de l’Histoire, tandis qu’Adolf H. sera tout autre : peintre à succès, admirateur de la France, ami fidèle et amant dévoué. C’est l’illustration, la mise en pratique de la théorie freudienne de la sublimation de la névrose par le biais de l’art. D’une même trame de base, Schmitt tisse deux personnages. Tous deux vont servir un projet délicat que d’aucun jugeront inutile ou indécent. Il s’agit ici d’étudier de fort près la psychologie d’Adolf Hitler. De manière tout à faut manichéenne, il y a le « gentil » Adolf H., et le « mauvais » Hitler. Monsieur Tout-Le-Monde d’un côté, quasi-incarnation du Mal de l’autre.

Outre l’intérêt prégnant d’une telle étude, outre l’ébauche géopolitique passionnante d’un monde dans lequel Adolf Hitler n’aurait été qu’un homme comme les autres, ce livre nous pousse à nous interroger sur la part de l’autre qui réside en nous.

Et si nous avions le choix de construire un peu plus chaque jour ce que nous sommes, et si chaque décision que nous prenions, chaque coup du sort nous déterminait toujours plus ?

Si nous avions conscience d’être en perpétuel devenir et que chaque acte comptait, que changerions-nous ?